MENA (J. de)


MENA (J. de)
MENA (J. de)

MENA JUAN DE (1411-1456)

Juan de Mena est un poète espagnol du XVe siècle intégrant, avec Santillana et Jorge Manrique, la triade des lettrés les plus importants de cette époque marquée par l’épanouissement de la poésie courtisane sous l’égide de Jean II de Castille.

Les données biographiques de Mena ne sont pas excessivement abondantes: on sait qu’il naquit à Cordoue en 1411, qu’il resta orphelin de très bonne heure, qu’à l’âge de vingt-trois ans il continua à Salamanque les études commencées dans sa ville natale, qu’il les parfit à Rome et qu’à son retour d’Italie le roi Jean II le nomma chroniqueur du royaume, ainsi que son secrétaire pour la correspondance latine, et lui octroya la dignité de «Veinticuatro » — c’est-à-dire regidor ou conseiller municipal — de sa ville natale. Marié, mais sans descendance, il meurt en 1456 à Torrelaguna. Cette information, néanmoins, est plus que suffisante: elle sert à définir le caractère et la production du poète. Né à Cordoue, il se place exactement dans le milieu de cette lignée qui va de Lucain (qu’il imite, et qu’il place à côté d’Ovide et de Virgile) à Góngora (qui le lira et qui montrera quelque trace de cette lecture); tous les trois présentent la même tendance stylistique vers ce qu’on connaît de nos jours sous le nom de «baroque», la même attirance par l’ornementation et le mouvement. Le contact avec l’Italie ne fait que développer cette disposition naturelle qui le mènera à créer une langue poétique riche de latinismes, chargée d’allusions savantes, pleine de constructions et de figures empruntées au latin, ce qui fera de lui un chef d’école, admiré des princes (Jean II, Pedro de Portugal qui lui demandera une copie de ses poèmes) et des poètes: Santillana, Gómez Manrique, Antón de Montoro, Juan de Lucena. Son dernier poème, inachevé, aura plus d’un continuateur; copieusement cité, à la fin du siècle précédent, dans la Gramática de Nebrija, il sera commenté au XVIe siècle par Hernán Núñez. Juan de Mena laissera des traces dans la Célestine , le musicien Salinas racontera qu’on chantait ses poèmes, et Cervantes l’appellera dans Don Quichotte «grand poète cordouan».

Outre deux ouvrages en prose (le commentaire de son poème la Coronación , 1438, et une réduction de l’Iliade traduite du latin), on donne une place toute spéciale à trois de ses poèmes: le Claro escuro , essai de polymétrie qui n’a pas son égal à l’époque, la Coronación (poème allégorique à la gloire de Santillana), et surtout le Labyrinthe de Fortune , nommé aussi Las Trescientas en raison du nombre approximatif de strophes qui le composent. Cette composition, elle aussi allégorique, est vivifiée par le profond sentiment national, patriotique même, qui l’inspire (elle demande à plusieurs reprises la fin des discordes civiles et la guerre contre l’Infidèle); elle renferme d’heureux épisodes, et elle contient quelques-uns des plus beaux vers d’arte mayor , comme celui qui marque la disparition de son guide, la Providence: le poète veut l’arrêter mais, dit-il, «fallé con mis braços mis onbros ceñidos» («mes bras ne purent ceindre que mes propres épaules»).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mena — mena …   Dictionnaire des rimes

  • Mena — puede referirse: Mena (minería): término usado en minería. Mena (náutica): grueso de un cabo. Nombres propios: Antonio Jesús Mena: botánico español. Antonio Ortiz Mena: político mexicano. José Luis Martín Mena: dibujante español. José María Mena… …   Wikipedia Español

  • Mena — ist ein weiblicher Vorname, siehe Mena (Vorname) Der Name Mena bezeichnet: Mena (Arkansas), eine Stadt im US Bundesstaat Arkansas Mena (Indonesien), ein Ort in Westtimor, Indonesien Mena (Ukraine), eine Stadt in der Oblast Tschernihiw der Ukraine …   Deutsch Wikipedia

  • MENA (P. de) — MENA PEDRO DE (1628 1688) Le destin artistique de Pedro de Mena, qui fut d’abord l’élève de son père Alonso, se décida lorsqu’il entra dans l’atelier d’Alonso Cano, revenu à Grenade en 1652. De la collaboration des deux artistes résulta une série …   Encyclopédie Universelle

  • Mena — Mena, AR U.S. city in Arkansas Population (2000): 5637 Housing Units (2000): 2771 Land area (2000): 6.739495 sq. miles (17.455212 sq. km) Water area (2000): 0.028048 sq. miles (0.072645 sq. km) Total area (2000): 6.767543 sq. miles (17.527857 sq …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Mena, AR — U.S. city in Arkansas Population (2000): 5637 Housing Units (2000): 2771 Land area (2000): 6.739495 sq. miles (17.455212 sq. km) Water area (2000): 0.028048 sq. miles (0.072645 sq. km) Total area (2000): 6.767543 sq. miles (17.527857 sq. km) FIPS …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Mena — (Польенса,Испания) Категория отеля: Адрес: Vall Ternelles, 07460 Польенса, Испания …   Каталог отелей

  • MENA (A. de) — MENA ALONSO DE (1587 1646) Sculpteur modeste, mais probe, qui prépara l’épanouissement de la sculpture à Grenade au XVIIe siècle. Son œuvre maîtresse est le Cristo del Desamparo de l’église San José de Madrid (1635 env.), l’une des images… …   Encyclopédie Universelle

  • MENA — Dea apud Romanos, quae menstruis floribus praeesse putabatur. Item primus Aegyptiorum Rex A. M. 1251. Dioder. Sic. Item insulae duae in Hippadis pelago. Ptol. Deae meminit Augustin. de C. D. l. 4. c. 11. Ipse sit Diespiter, qui partum perducat ad …   Hofmann J. Lexicon universale

  • mena — / mena/ s.f. [der. di menare ]. [per lo più al plur., azione poco onesta, spec. ai danni di qualcuno: m. occulte, segrete ] ▶◀ complotto, intrigo, macchinazione, maneggio, manovra, traffico, trama. ‖ imbroglio, raggiro, truffa …   Enciclopedia Italiana


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.